Posted by on 17/12/2016

Vacances de Noël obligent, je décide spontanément d’aller passer un weekend dans la ville de Munich. Les prix (transports, auberges, etc…) semblent au rabais. Les réservations sont faites. Je suis enthousiaste. Je suis joyeux. Excité, curieux et pressé d’y être, je fais le choix de voyager en covoiturage pour des raisons économiques.

Le voyage se passe bien depuis Strasbourg. La conductrice A*** et sa copine P******** sont des personnes très sympathiques, très chaleureuses. Je me sens en bonne compagnie. Hélas ! je regrette d’être beaucoup trop fatigué pour participer aux discussions avec les Filles pendant le trajet. Je m’endors en écoutant la version audio du livre Comment se faire des Amis et Influencer les autres de Dale Carnegie. Les Filles sont de bonne humeur, papotent, s’amusent, rient des autres voyageurs sur l’autoroute allemande coincés dans les bouchons. Tout ceci est fort agréable. L’ambiance se veut conviviale. J’apprécie !

Nous arrivons à une station service située à vingt-cinq minutes de Stuttgart (Aaah… STUTTGART), à environ deux heures de Munich. P******** souriante, me réveille pour faire une pause après deux heures de route. Je me sens un peu désorienté, perdu, « léthargique » (pour pousser à l’extrême mon état à ce moment-là). Mon sommeil devenait profond… J’ai tellement de mal à me réveiller qu’au moment de commander une boisson chaude une fois dans la boutique, je me trompe et demande un café à la machine. Un Café ??! Il faut qu’on m’explique ce qui m’arrive là. Je ne bois jamais de café… Je déteste ça ! Je trouve cette boisson tellement dégueulasse. Je me demande encore aujourd’hui comment certains font pour autant l’apprécier. Bref ! Tu l’as bien compris, j’ai du mal avec ça. Toujours est-il que je viens de commander un café à la machine. Un p***** de café !!! Impossible de faire machine arrière. Je suis frustré. Je voulais juste un bon petit chocolat chaud.

Me voici confus devant la machine. Ooh ? Les Filles reviennent des toilettes et se dirigent vers une autre machine, à l’opposé de la boutique. Très vite je me précipite vers Elles pour proposer à qui le veut bien mon café. Parce que je ne veux pas de ce café. Je n’aime pas le café. Bon… Ok, c’est bon. Je sais bien que je te l’ai déjà mentionné plus tôt dans le récit. Mais permet moi d’insister. Ne me propose jamais d’aller boire un café, tu seras désappointé(e). Super ! A*** l’accepte volontiers et me donne en échange de la monnaie pour prendre ce que je voulais vraiment. Mhmm!… UN BON PETIT CHOCOLAT CHAUD. Mhmm!… ^_^

Tout le monde est content. La pause est un moment de détente. Ooh ?! ça parle allemand autour de nous. Je suis de plus en plus impatient d’arriver à Munich, pour y arpenter ses pavés. Les Filles font le plein, nous sommes prêts à repartir.

Allez hop ! On redémarrage. Dans ma tête je me dis, avec un grand sourire à l’arrière de la Renault Espace, « Munich j’arrive »… Lorsque l’on quitte « presque » la station service, voilà que la fameuse POLIZEI Allemande nous interpelle pour un « simple contrôle de routine » qui va se transformer plus tard en plus de douze heures de statut quo à la station essence.

Bref… Je suis un peu dérouté. Je me sens très fatigué. Pour être honnête je n’ai pas très envie de continuer ce récit.

Il est 1H39 du matin et le fauteuil en cuir marron qui me supporte depuis 21h37 la veille commence réellement à me faire très mal au dos. Je te laisse découvrir la suite du récit en vidéo… C’est l’interrogation totale par ici!

Posted in: ARTICLES, FEEDBACKS, VIDEOS, VLOGS
Tags: ,

Comments

Be the first to comment.

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*